Sport et cyclisme : comment bien choisir un GPS vélo ?

Différents paramètres entrent en ligne de compte pour bien choisir son GPS vélo. Il est hors de question d’acheter un produit donné d’un simple coup de tête. En agissant de la sorte, les regrets seront inévitables. Pour ne pas dépenser son argent sur des produits inadaptés, voici les meilleurs conseils à suivre !

Vérifiez bien les connectivités du GPS vélo !

Le GPS vélo sert généralement de guide pour trouver rapidement sa route. La plupart des modèles commercialisés sur le marché revendiquent une bonne qualité de réception de signal GPS. Parmi les critères à vérifier, on peut citer notamment les connectivités du dispositif.

La connectivité ANT + permet, par exemple, de transmettre différentes informations utiles à son compteur GPS. Il peut s’agir de données récoltées par une ceinture cardiofréquencemètre ou un capteur de puissance.

D’autre part, la présence d’une connectivité Bluetooth sur son compteur GPS s’avère avantageuse. La plupart des modèles récents en bénéficient déjà. Ils peuvent se connecter facilement à un Smartphone. Le Bluetooth d’un GPS vélo permet ainsi de recevoir des messages et des notifications d’appel. Le cycliste pourra d’ailleurs partager sa progression sur les réseaux sociaux.

Il est tout à fait possible de trouver le meilleur gps vélo sur ce guide.

Misez sur l’étanchéité et l’autonomie !

Un GPS vélo est conçu pour les cyclistes qui aiment l’aventure en terre inconnue. Des imprévus peuvent néanmoins gâcher le plaisir du voyage. Il serait dommage de devoir rentrer à la maison à cause d’une faible autonomie. Il est tout simplement impossible de rouler en vélo sans cartes.

Idéalement, un GPS vélo doit offrir environ 15 heures d’autonomie. Le cycliste pourra ainsi terminer son trajet à temps sans se priver des petites heures de pause. Le GPS ne risque pas de le lâcher en pleine route.

Logiquement, un GPS doté de plusieurs fonctionnalités consomme plus d’énergie. Il faudra donc désactiver certaines applications pour booster l’autonomie du gadget. Bien entendu, les omissions ne seront pas sans conséquence. Mieux vaut opter pour un modèle classique pour effectuer de longs trajets.

D’autre part, l’étanchéité constitue un point important à prendre en considération. Il existe des modèles de GPS vélo résistants à l’eau. Ils s’installent généralement sur les VTT. Des gadgets solides facilement identifiables grâce à la norme IPX. Plus concrètement, un GPS vélo certifié IPX5 offre une protection contre les projections d’eau. À ne pas confondre avec la norme IPX7 indiquant une résistance à l’immersion (jusqu’à 1 mètre).

Préférez un GPS vélo doté de plusieurs options supplémentaires !

Un GPS vélo polyvalent reste plus pratique que les modèles classiques. Il peut s’avérer être plus énergivore, certes, mais offre des fonctionnalités plus poussées. Il y a, par exemple, l’altimètre qui permet de connaître l’altitude à laquelle le cycliste se trouve. Les informations récoltées et transmises sont essentielles pour terminer une randonnée en montagne ou dans les collines.

L’accéléromètre, le capteur de cadence et le graphique de pente constituent également des options supplémentaires intégrées à un GPS vélo. Idem pour le capteur de puissance. Il mesure la force exercée par le cycliste sur les pédales ou sur la roue arrière du vélo. Les données fournies par ce capteur sont très utiles pour les compétiteurs qui visent la victoire.

Les cyclotouristes préfèrent les GPS dotés de capteur de rythme cardiaque. Ils peuvent ainsi analyser en détail leurs performances. Il y a aussi le compteur de calories dont l’utilité n’est pas à expliquer. Idem pour l’assistant d’entraînement. D’autres options supplémentaires peuvent être intégrées à un GPS vélo comme le moniteur kilométrique, la température et la météo.